Les écrans sont omniprésents : intégrer le temps passé devant les écrans à la vie quotidienne sans pour autant sacrifier l’activité physique

Résumé de la prestation dans le cadre de la série de présentations PARC avec conférencier

Le 30 octobre 2017, PARC a présenté un webinaire avec Dre Allana Leblanc sur l’intégration du temps passé devant les écrans à la vie quotidienne sans pour autant sacrifier l’activité physique.

Dans le cadre du webinaire, les participants se sont vus présenter un résumé des résultats des études actuelles portant sur l’activité physique et le temps passé devant des écrans ; des recommandations pour des messages clés relatifs à l’activité physique et le temps passé devant des écrans ; et un survol de certaines interventions visant à favoriser l’activité physique.

Une entrevue avec Dre Allana Leblanc

1.    Quelles sont les trois principales choses que vous aimeriez que les gens qui ont regardé le webinaire en retiennent ? 

I.    Qu’ils comprennent que la journée complète est importante. Bien que les comportements sédentaires, le temps passé devant des écrans et l’activité physique soient des activités qui peuvent être faites de façon indépendante, il existe un lien important entre tous les comportements au cours d’une journée de 24 heures. Les enfants et les jeunes doivent transpirer, faire des pas, s’asseoir et dormir pendant des périodes de temps appropriées afin de favoriser une santé optimale.

II.    Les technologies sont là pour de bon. Au cours des dernières décennies, les technologies se sont infiltrées dans nos vies et elles sont maintenant incontournables dans la société moderne. Les écrans sont maintenant omniprésents et cela représente un défi particulier pour la santé publique. Cependant, il est possible d’encourager l’utilisation des technologies dans le contexte d’une vie saine et active. Ce webinaire souligne des façons efficaces de le faire.

III.    Les interventions visant à réduire le temps passé devant les écrans et à promouvoir l’activité physique devraient intégrer divers éléments et elles devraient inclure l’école, la maison, et l’environnement communautaire. Les enfants et les jeunes devraient faire partie de la solution et ils devraient aider à l’élaboration de lignes directrices relatives à l’utilisation des écrans pour différents milieux.

2.    Comment souhaiteriez-vous que ceux qui ont regardé le webinaire utilisent l’information présentée dans six mois ?

J’aimerais que dans six mois les personnes qui ont vu le webinaire mettent en application certains des messages clés que j’ai élaborés dans le cadre de mon travail. Les messages clés reposent sur des données probantes actuelles, et ils ont été adaptés afin d’être mis en application à l’école, à la maison, et au sein de la communauté. Ces messages ont été créés pour les promoteurs de l’activité physique, les enseignants, et les administrateurs dans l’espoir de les aider à disséminer l’information à leur public cible. Cette information peut être utilisée dans des ressources, des documents de communication, des présentations, et des séances d’information. Les messages clés sont examinés de façon plus approfondie et ils sont expliqués de façon plus détaillée dans un document qui sera publié par PARC/Ophea dans un avenir rapproché. 

3.    Qu’est-ce qui vous rend le plus enthousiaste à l’heure actuelle dans le monde de l’activité physique ?

Pour ma part, ce que je trouve le plus excitant en ce moment dans le monde de l’activité physique, c’est le plein air. J’adore le plein air et je crois qu’au cours des dernières années, il est revenu à la mode. Tout particulièrement cette année avec les évènements pour le 150e anniversaire du Canada, je pense qu’il y a un mouvement souhaitant tirer profit de ce qu’offre notre pays (c’est-à-dire, beaucoup d’espace de plein air !). Se salir, profiter de l’air frais et être en contact avec la nature. Même une courte marche à l’heure du midi peut vous permettre de remettre le compteur à zéro. Je crois que pendant plusieurs années nous étions attirés par l’intérieur, c’était facile et sécuritaire. Nous faisions les choses à l’intérieur. Les appareils étaient branchés au mur, il y avait de la nourriture sur la table, et le travail se faisait dans les salles de rencontre. Maintenant, il y a plusieurs appareils qui sont portables. Malheureusement, cela signifie que nous y sommes souvent « branchés », mais nous avons aussi plus de liberté pour travailler à distance, pour tenir des rencontres en marchant, ou pour rencontrer un ami dans un parc pour manger. Plusieurs personnes se déplacent maintenant de façon active pour le travail et pour le plaisir. Les sentiers sont bondés de gens les weekends, les espaces verts publics bourdonnent. J’ai un chien, nous devons donc aller à l’extérieur chaque jour, mais je m’efforce tout de même de passer la majeure partie de mon temps libre à l’extérieur. Et récemment, il se peut que ce soit parce que je suis une éternelle optimiste, je pense que les « foules » sont de plus en plus grandes.

Veuillez nous transmettre vos commentaires ou vos questions sur Twitter @PARCOntario en utilisant le mot-clic #PARCBlog.

Pour regarder la vidéo du webinaire (en anglais), rendez-vous à : parc.ophea.net/professionallearning.